"Avatar" de James Cameron

Publié le par Valentin Breheret

critique_avatar_james_cameron.png

Enfin, le voilà, le bijou qui a mis 12 ans, depuis Titanic, a arrivé sur les écrans de cinéma. James Cameron offre une œuvre complète avec un message écologique.
 
Nous sommes en 2159, Jake Sully est un vétéran de la guerre du Venezuela, il y a perdu l’usage de ses deux jambes. Il va alors apprendre que son frère est mort tué par un homme en pleine rue. On va alors révéler à Jake, que son frère, devait partir en mission sur une planète qui se nomme Pandora. Le frère de Jake devait réaliser une mission pour nouer des liens avec la population locale, les Novi, créatures qui ont un rapport très spéciale avec la faune et la flore de leur planète. Il va accepter. Il va alors découvrir que pour rencontrer la population locale, ce dernier va devoir entrer dans le corps d’un avatar, une créature entre l’homme et le Novi. Sur place, Jake va faire la connaissance de Grace Augustine, chef du secteur de l’étude des Novi, Trudy Chacon, pilote très expérimenté très amie avec Grace, et le colonel Miles Quaritch chef des opérations militaire humaine sur la planète Pandora. Ce dernier veut faire déplacer les Novi de force, alors que Grace préconise un déplacement pacifique. Tous cela, pour que les humains, dirigé par Parker Selfridge, puissent s’emparer de quelques cailloux qui valent plusieurs millions de $ le kilo. Jake va devoir choisir dans quel camp, il va faire son chemin.
 
On ne pouvait rêver mieux, cela fait 14 ans que James Cameron voulait réaliser ce film. Mais lorsqu’il avait écrit le scénario, la technologie de l’époque ne permettait pas de recréer le monde que l’on peut admirer dans le film. Il aura donc fallu attendre 12 ans, depuis le chef d’œuvre que fut Titanic, pour découvrir le monde le plus évoluer et le plus poussé depuis Star Wars, au cinéma. Un monde tellement riche que comme cette dernière saga, le film pourrait donner lieu à de nombreuses suites. Mais pour le moment on restera sur la fantastique impression d’avoir vécut un tournant de le cinéma moderne. Ce film est l’avènement d’une révolution technologique, autant que scénaristique. On ne peut que se dire «Ouah!!» en sortant de la séance. C’est quelques choses de magique, de stupéfiant, et de brillant qui vient de se dérouler devant nos yeux.
 
D’abord, le scénario est stupéfiant, il faire renaître beaucoup de clichés cinématographiques, mais aussi énormément de mythe du septième art. Chacune des scènes du film, est un hommage au cinéma, ainsi que la révolution de ce dernier. Le travail initiatique de Neytiri, la Novi que Jake va rencontrer, sur Jake est vraiment poussé et englobe la moitié du film, pour qu’à la fin, nous soit balancer une série de scènes d’action, toutes plus époustouflantes les unes que les autres, on en reste bouche bé.
 
Et puis que dire de la magie que James Cameron, procure à cette histoire dont il est l’auteur à part entière. James fait ce chaque scènes un évènement tellement fantastique et imprévu que l’on est emballé à chaque instant dans la magie de ce monde, dont il donne un message écologique magnifique et puissant, en proposant une métaphore très poétique sur la planète d’aujourd’hui par ce monde, si beau de végétation et de pureté, que l’on a envie de revoir le film, juste pour apprécier chacune des images.
 
Et puis, il y a les acteurs et actrices tous plus stupéfiants les uns que les autres. D’abord, la révélation du film, ainsi que l’avatar, Sam Worthigton, l’homme du film, son jeu d’acteur est d’une telle pureté et d’une telle puissance qu’il paraît irréel par son brio. Il est très bien accompagné par la belle Zoe Saldana, déjà vu d’en Star Trek, qui interprète avec magie le rôle de Neytiri, la belle Novi, qui tombe amoureuse de Jake, cette jeune actrice est vraiment stupéfiante dans le film. Ces deux révélations sont accompagné par Sigourney Weaver, vraiment parfaite, Stephen Lang, froid et fantastique, Michelle Rodriguez, stupéfiante, Giovanni Ribisi, niai et vraiment détestable mais génial et j’en passe.
 
Pour finir, il faut et c’est obligé, faire une mention spécial au plus du film, qui lui donne ce petit coup de pouce qui en fait un bijou ainsi qu’une révolution, la 3-D. Elle est ici, très bien utilisée et fait que le film paraît encore plus réel. A chaque image, on croirait pouvoir touché toute la végétation de Pandora, et serré chacun des personnages. Ce petit plus ajoute le petit épice qui fait que le monde du cinéma, ne se remettra pas tout de suite d’Avatar, et qu’il restera dans les mémoires comme l’avènement du cinéma d’action, de la 3-D, ainsi qu’un message magnifique pour une planète en perdition.
 
En deux mots : Le film, que l’on attendait, n’en est pas un, plus un rêve un mythe qui reste dans les mémoires comme quelques choses qui marquera l’histoire, un bijou, une perle, l’avatar du cinéma moderne.

Publié dans Critiques de films

Commenter cet article

Sylvie 13/07/2010 21:24


Un grand bravo à la personne qui à écrit la critique de dead space et d'avatar, je lui tire mon chapeau!


Etienne 21/02/2010 12:29


Allez les graines de journalistes ! Il faut écrire écrire écrire ! Bravo à l'auteur de la note sur "avatar" de James Cameron, c'est important de s'intéresser au cinéma. Je crois que la saga star
wars a mis du temps à être réalisée dans son intégralité aussi à cause du manque de moyens techniques à l'époque (on voit bien la nette différence au niveau des images de synthèse entre les 3
derniers épisodes et les 3 premiers).