Une histoire qui revient de loin...

Publié le par Loren Da Costa

Un roman français, celui d’un homme, d’une vie.

Une œuvre touchante signée Frédéric Beigbeder.

Un roman français - Grasset,
quatrième de couverture :

un roman francais beigbeder« C’est l’histoire d’une Emma Bovary des seventies, qui a reproduit lors de son divorce le silence de la génération précédente sur les malheurs des deux guerres. C’est l’histoire d’un homme devenu un jouisseur pour se venger d’être quitté, d’un père cynique parce que son cœur était brisé. C’est l’histoire d’un grand frère qui a tout fait pour ne pas ressembler à ses parents, et d’un cadet qui a tout fait pour ne pas ressembler à son grand frère. C’est l’histoire d’un garçon mélancolique parce qu’il a grandi dans un pays suicidé, élevé par des parents déprimés par l’échec de leur mariage. C’est l’histoire d’un pays qui a réussi à perdre deux guerres en faisant croire qu’il les avait gagnées, et ensuite à perdre son empire colonial en faisant comme si cela ne changeait rien à son importance. C’est l’histoire d’une humanité nouvelle ou comment des catholiques monarchistes sont devenus des capitalistes mondialisés. Telle est la vie que j’ai vécue : un roman français. »



Dans la soirée du 28 janvier 2008, Frédéric Beigbeder et son ami dit « le Poète » se font arrêter rue Marceau, dans le VIIIème arrondissement de Paris,  pour s’être « repoudré » le nez sur le capot d’une voiture. Situation plutôt embarrassante mais qui s’avère à la fois comique et touchante lorsque l’auteur, mis en garde à vue, se retrouve à songer à son enfance, à sa vie d’avant qui lui parait inexistante… De son arrestation, naît cette œuvre où l’auteur-personnage se livre de la plus vraie et intime façon…

Tout l’art et la manière d’écrire… Dans ce roman plein d’émotion, en plus de nous toucher par le récit de « sa vie », Frédéric Beigbeder, comme toujours, met le doigt sur la vérité. Les mots sont ses armes. A travers le récit, il laisse paraître sa vision philosophique paraît sincère, ou parfois quelque peu déroutante. Mais son écriture bien que franche et directe, entre cynisme et sarcasme, ne manque jamais d’humour.  Ce tout nouveau roman a remporté le prix Renaudot.

Encore un véritable succès pour Frédéric Beigbeder. Né à Neuilly Sur Seine le 21 septembre 1965, il est issu d'un milieu favorisé, où il fréquente les bancs de deux lycées prestigieux : Montaigne et Louis Legrand. Par la suite il intègre Sciences-Po et le Celsa. Diplômé d'un DESS en marketing publicité à 24 ans, il débute dès lors une carrière polyvalente, publicitaire, critique littéraire, écrivain, éditeur,  chroniqueur TV, il s’adonne à tout ce qu’il aime. Véritable passionné de littérature, son talent donne naissance à plusieurs ouvrages tels que Mémoire d'un jeune homme dérangé (1990), Vacances dans le coma (1994), L'Amour dure trois ans (1997), 99 francs (2000), Windows on the World (2003), L’Egoïste romantique (2005) et Au secours pardon (2007). Frédéric Beigbeder, ce Dandy parisien provocateur, désinvolte et cultivé, énerve et plait aux gens. Un brillant écrivain français.

Publié dans Critiques de livres

Commenter cet article

mediasetdiversite.over-blog.com 18/02/2011 10:04


C'est une bonne critique du livre. Je suis 'accord avec Loren.
Jack.


bdb 19/09/2010 16:00


génial!