La compagnie d'Irulaane lève le rideau au Grand-Pressigny

Publié le par Camille Petit

critique_theatre.png

Peut-être pas, drame en trois actes avec acteurs, choeurs et coeur, pièce écrite et mise en scène par Lauriane Renaud, a été joué vendredi 30 et samedi 31 octobre dans la salle des fêtes du Grand-Pressigny, petit village du sud Touraine. La compagnie d'Irulaane s'est produite dans ce lieu si cher aux comédiens. C'est en effet à cet endroit que deux ans plus tôt, les cinq copains foulaient les planches du magnifique Théâtre des Songes, spectacle crée à l'occasion du festival les Paysages Nocturnes. Lauriane Renaud, créatrice de la compagnie, a reprit ses écrits de jeunesse dix ans après, pour monter cette pièce de théâtre.
 
C'est dans une salle décorée de chapeaux et robes de mariée, que prennent place les spectateurs. Au milieu, une petite table ronde rappelant celle d'un bistrot. Noir. On est alors plongé dans un univers dramatique où La rue Kétanou, Barber ou encore Mozart, donnent une dimension tragique à l'amour: Paul et Léa sont deux êtres qui ne peuvent s'aimer. Entourés d'un choeur, qui va et vient de part et d'autre du public, leur amour est une illusion. Ou peut-être une désillusion. Le jeu ainsi que la présence des acteurs est une véritable performance pour ces amateurs. Le texte est remarquablement écrit: les mots se succèdent avec force et vérité, dérangent ou touchent profondément.
 
« Etrange, somptueux, surprenant ». Les spectateurs livrent leurs impressions autour d'un verre. Un pari réussi pour ces cinq comédiens mordus de théâtre, qui devront reprendre le chemin du travail une fois les acclamations du public savourées...
 
Dès le week-end prochain, la compagnie d'Irulaane continue sa route. Elle interviendra dans trois cafés du Vieux Tours pour accompagner l'exposition photo d'Ananda-Safo sur le thème « Détours et des troquets ». De plus, une autre pièce « Dialogue de sourds » est en création.  A suivre...

Publié dans Critiques de théâtre

Commenter cet article